A la Une

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français

 
 
Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français

Stéphane BOUILLON, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud, préfet des Bouches-du-Rhône a rendu hommage, lors de cette cérémonie, aux victimes des attentats de Nice.

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, hommage aux Justes de France.

Deux textes ont fixé successivement les modalités de cette journée. Le décret du 3 février 1993 a institué "une journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite "gouvernement de l’État français" (1940-1944)". Cette commémoration est fixée le 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, si ce jour est un dimanche ou sinon le dimanche suivant.

La loi du 10 juillet 2000 reprend et modifie le décret en intégrant un hommage aux "Justes" de France. Ce jour est ainsi l'occasion pour la nation de témoigner sa reconnaissance à tous ceux "qui ont recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur propre vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide".

Stéphane BOUILLON, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud, préfet des Bouches-du-Rhône a rendu hommage, lors de cette cérémonie, aux victimes des attentats de Nice: "il faut porter haut nos valeurs. Être, chacun d'entre nous, des Justes, avoir l'esprit des Justes, aujourd'hui en 2016 et demain".