Actualités

Agir contre la pollution de l’air dans les Bouches-du-Rhône

 
 
Pollution de l'air dans les Bouches-du-Rhône

Pollution de l'air dans les Bouches-du-Rhône

Le département des Bouches-du-Rhône est concerné par une pollution chronique et des pics de pollution. Ces derniers se traduisent par une augmentation temporaire et conséquente de la concentration de polluants dans l’air.

Gérer les pics de pollution de l’air dans les Bouches-du-Rhône : un dispositif renforcé

À l’origine, les dispositions prévues en cas de pics de pollution de l’air portent, d’une part, sur l’adoption de comportements permettant de réduire la vulnérabilité des publics les plus sensibles et, d’autre part, sur des mesures susceptibles de réduire les émissions de polluants.

Aujourd’hui, et depuis l’arrêté interministériel du 7 avril 2016, le dispositif de gestion des pics de pollution de l’air a été renforcé pour une meilleure anticipation du risque. Ainsi, dans les Bouches-du-Rhône :

  • Le dispositif de gestion des pics de pollution est activé plus fréquemment, et ce, compte tenu de la réglementation désormais plus stricte ;
  • Les mesures réglementaires sont adaptées au contexte local et à la durée ainsi qu’à l’intensité du pic de pollution. Ces mesures sont décidées en réunion, sous l’égide du Préfet, d’un Comité associant les représentants de l’État, des collectivités territoriales et des experts scientifiques de la qualité de l’air.

Ce dispositif prévoit 2 niveaux de réponse : une procédure d’information-recommandations (dès le premier jour des prévisions de dépassements des seuils de polluants), et une procédure d’alerte (à partir de 2 jours consécutifs de dépassement des seuils de polluants, les mesures peuvent être de niveau 1 ou 2 et sont précisées au cas par cas).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Améliorer la qualité de l’air : les actions dans le département

Pour améliorer durablement la qualité de l’air, différentes mesures sont mises en œuvre à l’échelle du département et impliquent divers acteurs :

Un dispositif permanent de surveillance et d’information sur la qualité de l’air :

Air PACA est l’association agréée par le ministère de l’Environnement pour la surveillance de la qualité de l’air en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elle surveille, prévoit et informe la population sur la qualité de l’air au quotidien et en cas de pics de pollution. Elle identifie les populations exposées à un dépassement de normes limites pour la santé pour mettre en évidence les zones où il faut agir). Elle accompagne les services de l’État, les collectivités et industriels pour mettre en œuvre les actions les plus pertinentes pour améliorer la qualité de et évaluer leurs efficacités.

Un plan de protection de l’atmosphère :

Le Préfet des Bouches-du-Rhône a mis en place un plan d’actions réglementaire adapté au contexte local afin d’améliorer la qualité de l’air pour contenir la pollution en deçà des seuils réglementaires. Les actions inscrites dans le plan de protection de l’atmosphère concernent l’ensemble de la population.

Des actions destinées à réduire les principales sources de pollution de l’air :

 
  • Transports routiers : pour réduire l’impact des transports sur la qualité de l’air, les collectivités locales favorisent le développement des transports en commun.
  • Activités industrielles : pour réduire la pollution de l’air liée aux activités industrielles, des dispositions sont prises par l’État qui encadre strictement l’installation et la gestion des activités industrielles à travers le statut d’ICPEInstallations classée pour la protection de l’environnement (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement). Au niveau local, ces actions permettent de limiter l’impact de fond des activités industrielles sur l’environnement et même de restaurer certains sites naturels tels que l’Étang de Berre.
  • Brûlage des déchets verts et chauffage au bois avec des appareils non performants : pour réduire le brûlage des déchets verts, les collectivités locales proposent aux habitants des alternatives au brûlage via les centres d’apport volontaire de déchets verts et la mise en place d’interdictions réglementaires pouvant déboucher sur des amendes en cas de non-respect des consignes. Des documents d’information à l’attention du public ont également été édités pour sensibiliser les habitants aux effets négatifs des pratiques de brûlage.

Des actions destinées à réduire la vulnérabilité des personnes à la pollution de l’air :

Ces actions sont notamment conduites envers les publics les plus sensibles.

En 2018, une nouvelle réglementation de la circulation : la vignette Crit’air

La vignette Crit’air est un certificat de Qualité de l’air qui permet d’identifier les véhicules en fonction de leur niveau d’émission de substances polluantes et de privilégier la circulation des véhicules les moins polluants. Elle autorise la circulation, le stationnement et l’accès à certaines zones différenciées selon la classification des véhicules.

Vous pouvez d’ores et déjà vous la procurer sur www.certificat-air.gouv.fr ou en faire la demande à la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Se protéger de la pollution de l’air : les recommandations

Pour l’ensemble de la population

Au seuil d’information-recommandations :

  •  Il n’est pas nécessaire que je modifie mes activités habituelles.

En cas de déclenchement du seuil d’alerte :

  •  Je réduis mes activités physiques et sportives intenses En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, je prends conseil auprès de mon pharmacien ou de mon médecin.

Si je suis sensible ou vulnérable

Dès le seuil d’information-recommandations :

  •  Je limite mes déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe.
  •  Je limite mes activités physiques et sportives intenses, en plein air et à l’intérieur.
  •  Je limite mes sorties durant l’après-midi.
  •  En cas de symptômes ou d’inquiétude, je consulte mon pharmacien ou mon médecin .

En cas de déclenchement du seuil d’alerte :

  •  En cas de gêne respiratoire ou cardiaque : Je prends conseil auprès de mon pharmacien ou de mon médecin.
  •  Je privilégie les sorties les plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort.
  •  Je prends conseil auprès de mon médecin pour savoir si mon traitement médical doit-être adapté.
 

En savoir plus ? Consultez le dossier de presse :

> Dossier de presse - Pollution de l'air dans les Bouches-du-Rhône - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,87 Mb